Archives du blog

Une semaine à la découverte de l’archéologie, au pied des immeubles à Grigny

La semaine du 18 juillet, à la demande d’Esther M., les Bons Piocheurs sont intervenus bénévolement auprès des enfants de Grigny, qui bénéficient d’animations proposées par le centre social tous les après-midi pendant quatre semaines cet été.

Lundi, Ariane, Anaïs et Élise ont fait découvrir aux enfants la discipline de l’archéologie et leur ont proposé deux ateliers autour de l’expression. Les 6-8 ans se sont tout d’abord adonnés à la peinture rupestre comme de véritables hommes préhistoriques ! Anaïs leur a expliqué les différentes techniques, au pochoir, avec le doigt ou au crachat (simulé avec une brosse à dents), pour reproduire les peintures d’animaux telles qu’on en a retrouvées dans la grotte de Lascaux ou la grotte Chauvet. Les enfants ont ainsi crée de belles fresques collectives. Les plus grands ont ensuite pris part à un atelier centré sur l’écriture, en commençant par écrire leur prénom en hiéroglyphes. Ils se sont ensuite initiés à la technique du repoussé, comme pour les lamelles étrusques de Pyrgi. Ils ont pu ainsi décalquer la divinité grecque de leur choix avant de reproduire le dessin à l’envers sur une feuille de métal dorée ou argentée.

Mercredi,  Ariane, Pierre et Élise ont proposé des ateliers autour de l’archéozoologie et de l’anthropologie. Répartis en deux groupes, les enfants ont fouillé dans un petit bac certains os d’animaux et du squelette humain et ont ensuite tenté de les identifier. Ariane les y a aidés en leur proposant de replacer sur une reproduction de squelette humain les principaux os de notre corps. Enfin, Pierre leur a proposé de faire le même exercice avec les os d’animaux en prenant l’exemple d’un squelette de chien.

Jeudi, Fabien a proposé aux enfants un tout nouvel atelier : l’atelier post-fouille, au cours duquel  les enfants doivent étudier les objets répartis dans une caisse trouvée dans un musée. Ils se familiarisent ainsi avec la notion de plan de chantier, de stratigraphie et de couches US. Au cours de cet atelier, les enfants remplissent des fiches matériel pour documenter le matériel de fouille : pièces de monnaie, os, céramique, etc. Certains préféraient dessiner le matériel, tandis que d’autres ont reconstitué des céramiques en recollant les différents tessons éparpillés. L’après-midi s’est terminée sur la découverte du travail de l’épigraphiste grâce à un atelier centré sur une stèle funéraire en provenance de Locres. Les enfants ont pu découvrir les différents types de monuments funéraires dans l’Antiquité avant de reproduire et de déchiffrer l’inscription grecque de la stèle, qui est l’épitaphe d’une jeune femme prénommée Nossis.

Nous tenons à remercier Esther et les animateurs du centre pour leur accueil chaleureux et leur confiance, ainsi que tous les enfants qui ont pris part à ces ateliers avec curiosité ! Bonne Pioche est ravie de cette nouvelle animation !

Le chantier de fouille dont tu es le R.O. (Responsable d’Opération) !

À l’occasion des JNA 2015, Bonne Pioche était au musée gallo-romain de Lyon pour un jeu grandeur nature : « Le chantier de fouille dont tu es le R.O. (Responsable d’Opération) » !

Bonne Pioche a fait un saut en arrière dans le temps pour ramener enfants et parents en 1975, année de l’inauguration du musée gallo-romain de Lyon. Munis du plan d’un site-mystère partiellement fouillé, il fallait arpenter le musée pour aller à la rencontre des différents spécialistes du monde de l’archéologie afin de récolter des indices scientifiques permettant de caractériser les différents secteurs fouillés du plan.

En se mettant dans la peau d’un R.O., un Responsable d’Opération, les enfants se sont initiés au travail d’équipe qui caractérise un chantier de fouille. Chaque secteur du plan mystère avait été étudié par un spécialiste et l’ensemble des informations récoltées auprès de ces scientifiques a permis aux enfants de découvrir qu’ils avaient sous les yeux le plan d’une villa gallo-romaine de la campagne lyonnaise datée de la seconde moitié du Ier siècle après J.-C.

Dans la pars urbana de la villa, le céramologue avait étudié les tessons de la cuisine, l’anthropologue spécialiste des cultes et des religions s’était concentré sur les objets provenant du laraire et l’architecte avait reconstruit les thermes et montré aux enfants comment les nouvelles technologies permettaient, aujourd’hui, d’obtenir des reconstitutions en trois dimensions très vivantes.

Plus à l’écart de la zone d’habitation, l’anthropologue funéraire – ou archéothanatologue – avait étudié un petit cimetière familial et permis aux enfants de découvrir comment les os humains pouvaient « parler » aux scientifiques.

Enfin, dans la pars rustica, le carpologue, spécialiste des graines et des fruits, avait mis en évidence l’existence d’un vignoble et d’un grenier à céréales tandis que l’archéozoologue, spécialiste des os d’animaux, avait identifié l’emplacement de l’étable et montré aux enfants quelle était la faune domestique consommée par les habitants de la villa.

Cette animation géante au musée gallo-romain aura donc été l’occasion pour Bonne Pioche d’initier de manière ludique et scientifique les enfants au monde de l’archéologie : merci aux petits Responsables d’Opérations en herbe, à leurs parents et au musée gallo-romain pour son accueil, et tout particulièrement à Myriam qui endossait pour l’occasion le rôle de la conservatrice du musée !

Journées nationales de l’archéologie 2015

Pour l’édition 2015 des Journées Nationales de l’Archéologie, Bonne Pioche se plie en deux : vous pourrez retrouver nos équipes au musée gallo-romain de Lyon, sur les pentes de Fourvière, et au Musée d’Archéologie Nationale à Saint-Germain-en-Laye !

À Saint-Germain-en-Laye, trois ateliers autour de la Grèce vous attendent (voir la fiche sur le site officiel) :

  • Atelier archéologie : le diorama Playmobil ®
    Accompagnés d’un membre de l’équipe, les visiteurs doivent identifier, grâce aux outils utilisés par les figurines et à leur position, les différents métiers présents sur un chantier de fouilles : le céramologue, l’anthropologue, le fouilleur, le sédimentologue… Et cette année, une nouvelle maquette accompagne celle du chantier « terrestre », un chantier subaquatique a également été reconstitué et sera exposé pour la première fois !
  • Atelier fouille :
    Cette année les visiteurs du Musée d’Archéologie Nationale découvriront une tombe grecque du IVème siècle avant J.-C. située en Grande Grèce (en Italie du sud). Ils devront faire parler les os, les vases et autres objets dégagés afin d’en savoir plus sur la cité grecque de Locres et ses occupants. Pour cela, ils devront faire appel aux différentes facettes de l’archéologie funéraire et devenir anthropologues, céramologues ou encore archéo-zoologues !
  • Atelier épigraphie :
    Une stèle funéraire a été découverte dans la nécropole à proximité du site des fouilles : correspond-t-elle à la tombe fouillée par les enfants ? Ces derniers vont devoir mener l’enquête et devenir cette fois des… épigraphistes ! La forme du monument funéraire et l’inscription qu’il porte permettront aux enfants de dégager des informations et de les confronter aux données archéologiques.

À Lyon c’est un grand jeu de piste qui vous attend (voir la fiche sur le site officiel) :

  • Le chantier dont vous êtes le R.O. (responsable d’opération) :
    Le musée gallo-romain de Fourvière et l’association Bonne Pioche vous proposent cette année de vous mettre dans la peau d’un véritable responsable d’opération archéologique en participant à un jeu grandeur nature dans le musée. Un plan mystérieux et un livret vous seront distribués à l’entrée et vous remonterez le temps, puisque c’est en 1975 que l’on vous emmènera, année de l’inauguration du musée.
    L’objectif ? « Déchiffrer » le plan d’une fouille réalisée en 1975 et récolter des « indices » en interrogeant les différents spécialistes présents dans les salles du musée pour essayer de comprendre ce que vous avez sous les yeux. Chacun de ces spécialistes de l’archéologie vous délivrera des informations scientifiques concernant un des secteurs fouillés du plan, ce qui vous permettra de remplir le livret et de résoudre ainsi l’énigme du site mystère ! Le jeu dure environ une heure.

La Maison de l’Orient vous propose également des activités lors des JNA (exposition, sortie, etc.), consultez le site pour plus d’informations :

Journées nationales de l’archéologie à Saint-Germain-en-Laye

À l’occasion des Journées nationales de l’archéologie, retrouvez l’équipe de Bonne Pioche et trois nouveaux ateliers (voir le site officiel :  journees-archeologie.fr) au Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye pendant tout le week-end.

Les #JNA14 c’est terminé ! Toute l’équipe de Bonne Pioche remercie le personnel du Musée pour son accueil et son enthousiasme, revenez bientôt pour découvrir plus de photos de l’événement et un résumé des activités proposées.

Quand l’archéozoologie s’invite à l’IHOP

Armés de crânes, mandibules, métapodes et autres humérus d’animaux, Jwana et Pierre, deux archéozoologues professionnels, ont fait découvrir une discipline bien particulière de l’archéologie à Emma, Zoé et la maman de cette dernière. Ils ont commencé par leur montrer comment l’archéologue pouvait reconnaître une espèce, parmi les 4100 espèces de mammifères référencés, notamment grâce aux dents et donc au régime alimentaire de l’animal (herbivore, carnivore, omnivore). Emma et Zoé ont pu comparer trois crânes et reconnaître un chien, un mouton et un porc. Elles sont ensuite parvenues à associer à chacun de ces crânes la mandibule correspondante. Jwana leur a ensuite expliqué comment l’archéozoologue pouvait attribuer un âge à l’animal, une donnée importante pour savoir si les sociétés anciennes élevaient des animaux pour consommer leur viande ou plutôt pour produire du lait.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Emma et Zoé ont pu finir leur initiation à l’archéozoologie en testant les connaissances acquises grâce à un jeu coloré les invitant à replacer, sur une silhouette dessinée d’animal (cheval, lapin, ours, chien, etc.), les différentes parties du squelette. Et c’est l’ours qui a été, loin devant les autres animaux, l’animal préféré de nos deux archéozoologues en herbe !