Archives du blog

Des bulles et des truelles à l’IHOP

Vendredi 7 février à l’IHOP nous avons accueilli Jordan, 11 ans, et son petit frère de 7 ans pour une séance sur le thème « BD et Archéologie ». Les différentes séries à disposition telles que Papyrus, Astérix, Atalante ou encore Alix ainsi que d’autres livres traitant de l’Antiquité et de la Préhistoire leur ont permis d’appréhender l’Histoire sous un nouvel angle !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les deux frères ont ensuite préféré se tourner vers des coloriages sur le thème des dieux romains et égyptiens. Les dieux égyptiens à l’image de Thot, Horus ou encore Anubis ont rencontré un franc succès avec leur allure « bizarre » et « particulière » due à leur anthropomorphisme. Les enfants ont enfin pu découvrir que l’illustration existait déjà dans les temps anciens, comme dans les reliefs égyptiens et leurs hiéroglyphes, ou dans le décor des monnaies grecques et romaines.

Publicités

L’école Michelet remonte le temps : la préhistoire

Mardi 7 janvier, l’association Bonne Pioche a été invitée dans la classe de CE2 de K. Abbou à l’école Michelet (Lyon 2) pour une journée entièrement consacrée à la découverte des multiples facettes de l’archéologie. La Préhistoire étant au programme des CE2, c’est sur cette longue période de notre histoire que la journée s’est recentrée.

Facebook bP big

À la découverte de… l’archéologue !

Dès leur arrivée dans la salle de classe, les 30 élèves de K. Abbou ont pu découvrir ce qu’étaient l’archéologie et le métier d’archéologue grâce à la présentation dynamique de Modwene. Une série de diapositives projetées sur un grand écran leur apprenait à bien distinguer les périodes scandant l’histoire de l’Homme et à reconnaître les monuments qu’on peut leur associer. Les élèves se sont ensuite lancés à la poursuite des différents chantiers sur lesquels un archéologue peut intervenir. Quant aux outils utilisés par l’archéologue, si pelle, truelle, pioche, seau ou bottes de sécurité ont rapidement été repérés, le théodolite, le tamis ou le fil à plomb ont donné plus de fil à retordre ! Enfin, les élèves ont pu découvrir les différents métiers de l’archéologue : du fouilleur au palynologue, en passant par l’archéo-anthropologue, l’archéozoologue ou le céramologue. À ce propos, nous souhaiterions décerner une truelle d’or à l’élève qui nous a donné sa définition du métier d’épigraphiste : son domaine d’étude ce ne sont pas les inscriptions mais les épis de blé (si, si, on vous l’assure !).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une fois armés de toutes ces connaissances, les élèves de CE2, répartis en trois groupes, ont pu s’attaquer aux trois chantiers que Bonne Pioche leur avait réservés : un atelier peinture rupestre, un atelier sur les premières écritures et un atelier fouille !

Dessine-moi un mammouth…

Grâce à Rémi et Anaïs, les élèves de la classe de K. Abbou ont transformé le gymnase (dûment bâché) de l’école Michelet en une grotte de Lascaux richement ornée de mammouths, rhinocéros à poils, chevaux et aurochs multicolores. Après une petite introduction sur l’art pariétal et les techniques employées par les hommes préhistoriques pour décorer leurs grottes, Anaïs et Rémi ont guidé les élèves, revêtus de tabliers faits mains, dans leur première expérience de peinture pariétale : mains négatives, mains positives, projections de peinture, utilisation de la cendre, etc. À l’aide de patrons d’animaux préhistoriques et des instruments de leur choix (pinceaux, brosses à dents, bouchons de liège voire leurs propres mains !), ils ont pu laisser libre cours à leur imagination pour recouvrir les grandes feuilles de papier-carton comme s’il s’agissait des parois d’une grotte.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au pied de la lettre ou du pied à la lettre…

Dans un deuxième atelier, Bérénice et Élise ont emmené les élèves à la découverte des anciennes écritures. C’est en effet l’apparition de l’écriture qui signe la fin de la préhistoire.

Les pictogrammes nécessitant un soin tout particulier, c’est avec grande application que les élèves ont appris à écrire leur prénom en hiéroglyphes égyptiens dans des cartouches, comme de vrais pharaons. Et certains de regretter de s’appeler Alexandre plutôt qu’Emma, parce qu’un faucon, un lion et neuf lettres c’est long ! Tout de même, deux chouettes entre un bras et un faucon, ce n’est pas non plus si facile que cela à dessiner… Mais les élèves se sont parfaitement débrouillés ! À l’heure de dessiner le lion (lettre L), Bérénice et Élise ont d’ailleurs pu admirer le talent de certains artistes en herbe de la classe. Il est tout de même de notre devoir de saluer le lion de notre photographe-animateur de la journée, Fabien : bravo !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après les pictogrammes, les lettres ! L’atelier écriture a permis aux élèves de découvrir ensuite un des plus anciens alphabets : le grec. Et c’est avec les prénoms à la mode romaine que cet atelier s’est terminé !

30 cm dans la terre…

Le dernier atelier était consacré à la mise en pratique des techniques de fouille. Après avoir vu quels étaient les outils de l’archéologue, les élèves de la classe de CE2 de l’école Michelet ont pu s’armer de cuillères à soupe (des truelles non coupantes) et de gobelets en plastique (des seaux moins lourds) pour fouiller dans le bac empli de sable une tombe datant de la période protohistorique, cette période coincée entre la fin de la Préhistoire et l’Histoire, toujours oubliée des programmes scolaires.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La technique a vite a été assimilée sous les indications d’Ariane et Modwene et c’est avec joie et fascination que les élèves ont découvert, petit à petit, la tombe de l’âge du Fer et ses précieux objets (parures vestimentaires, bracelets en verre, gobelet, écuelle avec des offrandes animales, poignard sacrificiel, etc.).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ils sont ensuite passés à l’étape de l’interprétation archéologique : de quelle époque pourrait dater cette tombe ? Quels sont les indices chronologiques ? Qui pourrait bien avoir été enterré ici ? Est-ce un homme ou une femme ? Pour répondre à cette dernière question, les élèves ont pu constater que le mobilier archéologique seul ne suffisait pas et Modwene leur a montré comment, à partir du coxal d’un individu adulte, on pouvait différencier un homme d’une femme. Et nos élèves de CE2 ont tous trouvé la bonne réponse : c’était une tombe de femme, une princesse gauloise !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La journée à l’école Michelet s’est finie par une remise de diplômes à tous les élèves de la classe de CE2 : bravo les archéologues en herbe !

Logo BP

Retrouvez-nous sur facebook et twitter !

Des monstres grecs à l’IHOP !

Vendredi 22 novembre, l’IHOP a été envahi de monstres… grecs ! Mais chiens à trois têtes, gorgones et autres chimères n’ont pas fait peur à Carla, Hilton, Jade et Lucie qui se sont chargés de fabriquer des gorgonéions (le bouclier magique d’Athéna avec la tête de la Gorgone) pour les repousser hors de l’hôpital (sauf Jade qui a préféré inventer un nouveau monstre !).

Facebook bP

Ceux qui n’étaient pas dans la forge d’Athéna se sont consacrés à la peinture de vase. En prenant pour modèle les vases grecs sur lesquels sont représentés les monstres ils ont décoré plusieurs vases (gentiment offerts par Pellerin Fleur) de frises, d’œils et de personnages. Figure rouge, figure noire, gravure, sur-peints… les enfants, et les encadrants, ont découvert les techniques de la peinture de vase et leurs subtilités !

Lire la suite

Fabrique moi une mosaïque…

Le 8 octobre, Bonne Pioche a proposé aux enfants de l’IHOP de découvrir l’art de la mosaïque antique ! Après quelques explications sur la façon dont celles-ci étaient réalisées à l’époque romaine, Naomé s’est  lancée dans la réalisation de sa propre mosaïque. Quoi de mieux qu’un peu de pâte auto-durcissante et des petites tesselles en pâte de verre pour la réaliser le plus simplement du monde ? Un peu d’imagination et sous nos yeux, une mosaïque miniature a pris vie !

Les fresques romaines de l’Hôtel Dieu : les enfants de la BM fouillent et reconstituent !

En lien avec les vestiges archéologiques mis au jour au cours des fouilles de l’Hôtel Dieu, le Service Archéologique de la ville de Lyon a monté une petite exposition à la Bibliothèque Municipale du 2ème arrondissement de Lyon, afin de faire découvrir au public le métier d’archéologue.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans ce cadre, l’association Bonne Pioche a été sollicitée afin d’animer une séance de 2h autour d’une fausse fouille dans des bacs remplis de sable où ont été cachées des reproductions de vestiges archéologiques. Treize enfants âgés de 8 à 12 ans ont dans un premier temps découvert, par le biais d’un diaporama, ce qu’est le métier d’archéologue. Dans un deuxième temps, notre diorama Playmobil(r) nous à permis d’aborder et de présenter les différents métiers de l’archéologie. Enfin, les enfants ont été divisés en deux groupes répartis autour des deux bacs mis à disposition. Cuillères, gobelets et pinceaux en main, ils se sont, pour une heure environ, glissés dans la peau de véritables archéologues à la recherche de vestiges. Quelle ne fut pas leur surprise lorsque, progressivement, ils mirent au jour des fragments de fresque romaine. Il s’agissait en réalité de la copie d’une fresque faisant partie des merveilles découvertes lors des  fouilles de l’Hôtel Dieu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le travail de chercheur ne consiste pas seulement à mettre au jour de ces objets, il s’agit ensuite de les étudier ! Les enfant ont donc essayé de reconstituer le motif de la fresque : un véritable puzzle à trous. Nos archéologues en herbe s’en sont malgré tout tiré avec brio !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous remercions M. Pierre André, directeur de la Bibliothèque Municipale du 2ème arrondissement de Lyon, ainsi que Mme Véronique Branchut-Gendron, alors au service communication du Service Archéologique de la Ville de Lyon, sans qui Bonne Pioche n’aurait pas pu intervenir à la BM.