Bonne Pioche fête ses 10 ans !

Créée en 2010 à Lyon, Bonne Pioche a pour vocation de faire découvrir l’archéologie aux enfants, et parfois aux plus grands ! L’association a pris le relais du projet « Des archéologues à l’hôpital » initié par Séverine Sanz (UMR 5140) en 2008 en collaboration avec l’Institut d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique de Lyon. Les fondateurs ont rapidement été rejoints par d’autres étudiants en archéologie afin d’animer ses activités et de créer de nouveaux ateliers, avec l’aide des chercheurs de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée !

L’association est d’abord intervenue à l’hôpital pédiatrique, proposant deux fois par mois des ateliers autour de l’archéologie ! En compagnie de leur famille parfois, les enfants hospitalisés pouvaient ainsi régulièrement rencontrer de nouveaux chercheurs et découvrir de nouveaux aspects de l’archéologie ! Un projet pour lequel Bonne Pioche a reçu le Prix Initiatives Région en 2012. Deux groupes d’enfants ont même été emmenés sur un véritable chantier de fouille, à Lattes !

Destinée à agir en milieu hospitalier dans un premier temps, l’association a diversifié ses lieux d’intervention afin d’aller à la rencontre de tous les enfants, et notamment de ceux ayant le moins accès à la culture scientifique. Les bénévoles sont ainsi allés installer les ateliers dans les écoles, les maisons d’enfants à caractère social et lescentres aérés, mais aussi dans les musées, à l’occasion par exemple de grands événements scientifiques nationaux, comme les Journées de l’Archéologie ! Après avoir exploré la France par ce biais, en collaborant par exemple avec le Musée d’Archéologie Nationale ou le musée de l’île Sainte Marguerite à Cannes, Bonne Pioche a même fait ses malles pour l’étranger, en Irlande, au Liban et en Azerbaïdjan ! En plus d’initier les enfants à l’archéologie, ces voyages ont permis de former des étudiants locaux à la médiation !

En effet, en 10 ans, les membres et bénévoles de Bonne Pioche ont acquis une solide expérience en médiation et conception d’ateliers ! Conçus et encadrés par des étudiants, des jeunes chercheurs, et des chercheurs, les ateliers de Bonne Pioche couvrent de nombreuses disciplines, périodes et régions ! Chaque année, de nouveaux bénévoles s’initient ainsi à l’encadrement pédagogique.

En 10 ans d’existence, Bonne Pioche a dû répondre à de nombreuses demandes ! Afin de s’adapter aux exigences et à des cadres d’intervention très variés, les bénévoles de l’association ont créé de nombreux ateliers pédagogiques, mettant chacun leur expertise à profit pour renouveler les activités et faire mieux connaître les nombreuses disciplines de l’archéologie !

Parmi les ateliers les plus connus (mondialement !), citons les dioramas archéologiques en Playmobil® ! Grâce à l’imagination des membres de l’association, les célèbres figurines ont, elles aussi, pu s’initier à l’archéologie : chantier préventif, fouille programmée, exploration sous-marine, post-fouille en laboratoire… Chaque année de nouvelles mises en scène permettent de captiver petits et grands, lors de nos interventions ou dans le cadre de prêts auprès de musées.

Autre atelier star : le bac de fouille ! Alors qu’à l’hôpital pédiatrique, des sites archéologiques étaient reconstitués en miniature dans un petit bac, et couverts de polenta plutôt que de sable pour des raisons d’hygiène, l’association est passée au niveau supérieur lorsqu’elle a commencé à intervenir dans d’autres espaces ! Reconstituées le plus fidèlement possible et à l’échelle dans un bac d’environ 2 m², plusieurs tombes féminines anciennes permettent aux fouilleurs en herbe de s’initier à l’archéologie funéraire et à ses disciplines. Les enfants ont déjà pu découvrir par eux-mêmes l’histoire de cinq défuntes : une femme préhistorique, une grecque, une romaine, une gauloise et une mérovingienne ! De la fouille à l’analyse ostéologique en passant par l’observation du matériel, les enfants peuvent analyser un contexte complet avec l’aide des bénévoles qui les encadrent.

Bien d’autres ateliers ont été créés au fil des années et des interventions, afin d’aborder l’épigraphie ou les outils néolithiques, la numismatique ou la production de farine, l’Antiquité, la Préhistoire ou le Moyen-âge, etc., et avec pour souci constant de rester le plus fidèle possible au travail des archéologues et à la réalité du terrain !

%d blogueurs aiment cette page :